Engager votre communauté? L'exemple World of Warcraft

Le site GAMIFICATIONZONE.COM nous donne un éclairage intéressant sur la façon dont World of Warcraft construit des liens sociaux entre joueurs pour construire une communauté.

La première expérience d’un joueur chez WoW est tout d’abord et contrairement à ce que l’on pourrait penser bien une expérience solitaire. En tout cas lors de la première heure de jeu. Elle consiste à passer par un certain nombre de quêtes qui visent à vous apprendre les règles du jeu : comment se battre contre des ennemis contrôlés par une intelligence artificielle volontairement bête ; apprendre la mort et son coté non définitif et surtout non punitif ; les systèmes de progression ; les statistiques ; etc…

Toutefois, le social est présent dès le départ et assez rapidement, on note le premier élément essentiel à la socialisation des joueurs au sein de tout MMO : le chat ouvert !

En effet, en bas à droite de l’écran, dans un espace restreint et assez éloigné du reste de l’interface totalement dédié aux aspects ludiques, se trouve une petite fenêtre en transparence qui n’apparait que si l’on y appose la souris ou bien que l’on appuie sur la touche « Entrée ».

Cette touche permet à n’importe quel moment de s’adresser à tous les joueurs se trouvant dans la zone (les MMOs sont découpés en zone tant l’aire de jeu est vaste : chez WoW on parle de plusieurs continents…).

Et c’est assez naturellement que le premier besoin social apparait dans cette phase préliminaire du jeu : trouver de l’aide.

Car c’est ici le premier lien social qui se noue entre joueurs dans un MMO : l’entraide. Grâce à un simple chat et à des quêtes initiales qui sont ponctués volontairement par les designers par une quête légèrement plus complexe dans son déroulement, les joueurs « noobs » sont amenés à demander de l’aide aux autres joueurs qui dans la zone ont probablement légèrement plus d’expérience mais suffisamment pour que ceux-ci renvoient l’ascenseur qu’ils ont reçu eux même lorsqu’ils affrontaient les mêmes situations que vous.

Cette aide peut être un simple renseignement mais le plus souvent, elle se traduit par une aide opérationnelle ou le joueur plus expérimenté va aider le joueur récent dans l’accomplissement de la quête et le plus souvent tout à fait gratuitement.

La plupart du temps par ailleurs, cela permet alors de nouer les premiers liens sociaux prolongés.

En effet, lorsque sorti de la zone de départ, les joueurs sont confrontés aux autres zones de jeu contenant des challenges de plus en plus grands, ils se souviennent avoir rencontré auparavant un autre joueur et de lui demander de « grouper » pour faire des quêtes ensemble devient un acte naturel.

Les groupes

Ces groupes (d’un maximum de 5) sont nécessaires à partir d’un certain niveau pour faire des enchainements de quêtes qui amènent les joueurs à affronter des ennemis toujours contrôlés par une IA plus coriaces et demandant un travail d’équipe simple mais nécessaire pour passer à la phase supérieure.

Lors de la création de ces groupes, les joueurs sont amenés à échanger sur le chat dédié (un chat par groupe) afin de se coordonner pour la prochaine attaque, demander des soins ou tout simplement se féliciter de la réussite de la dernière attaque sur un boss qui à laisser quelques émotions.

Et c’est là que la magie du MMO commence à opérer dans sa dimension sociale : l’accomplissement individuel n’est rien si on ne peut le partager et un MMO est fait pour que cet accomplissement s’inscrive dans un esprit d’équipe où chacun doit jouer son rôle mais parfois, l’action bien coordonnée de tel ou tel joueur fera mémoire dans l’esprit des joueurs qui composaient ce groupe.

On commence alors à constituer un ensemble d’amis virtuels : des joueurs que l’on n’a jamais rencontrés mais avec lesquels nous avons bataillé, sué, échoué puis vaincu ensemble créant alors des liens forts et les amenant à rejouer et rejouer ensemble.

La taille, de plus, réduite de ces groupes permet de ne pas avoir à se préoccuper d’une dimension tactique ou stratégique trop complexe socialement : les responsables des erreurs ou des réussites sont facilement identifiables et le besoin mutuel de l’autre fait qu’il est rare de voir des discussions trop vives ou animés.

Les Clans ou Guildes

Naturellement, à force de jouer avec les mêmes joueurs régulièrement dans des groupes composés plus ou moins souvent des mêmes personnes, on est amené à développer des amitiés virtuelles de plus grand nombre.

Pour la suite de l’article cliquez ICI

 

 

Comments